ROSALIE PARENT

Amante de la solitude

Éternelle sauvage qui regarde au loin

Tout reste en moi sans pouvoir en sortir

J’apprends à écrire des choses muettes

J’observe tout, tout le temps, à n’en plus finir


Inconsciente et rêveuse

je regarde les choses fragiles et tangibles

Elles me rassurent

Ce n'est pas trop grave


Reine des sommets

Je marche sur des cailloux dorés

Ma vue s’enflamme dans les forêts


Elles sont belles mais attaquées

L’homme est un fou du roi

Incapable  de les écouter


Enfant des bois endormi

Éternelle beauté à ciel ouvert

Étrangement dense et frêle

Force tellurique


Elle s’agite / elle frémit / elle rêve 

elle danse / elle raconte 

elle s’ouvre et se referme 

elle pleure / elle vit / elle meurt

elle s’endort et disparaît


J’attendrai demain

J’attendrai le matin jusqu’au soir

J’attendrai la nuit

J’attendrai que tu t’envoles

J’attendrai la vue de tes mains qui les enlacent


Garde les feuilles et chuchote pour elles

Elles seront tout entières dans la mer de terre

Planter là vers le ciel

Elles seront peuplées de lumières et d’odeurs






Using Format